Présentation de l'école

Historique

Depuis les dernières années, on voit naître et se développer des écoles publiques à vocation particulière : Écoles alternatives, internationales, sport-études, de musique, pour les élèves handicapés, etc. Chacune de ces écoles chemine à l’intérieur de projets éducatifs très distincts, mais une seule outille l’élève pour qu’il devienne un citoyen autonome, critique et engagé en lui offrant un milieu de vie créatif, responsable et ouvert sur le monde : L’école alternative.

Né de l’initiative d’un groupe de parents concernés par l’éducation de leurs enfants, ce projet de mise sur pied d’une école primaire publique alternative au sein de la Commission scolaire de la Vallée-des-Tisserands s’inscrit dans la recherche d’un service d’éducation différent, adapté aux besoins des enfants, afin de leur procurer un milieu favorisant l’épanouissement.

Une école primaire publique alternative est une école à vocation particulière soutenue par une Commission scolaire. Les objectifs d’instruction, de socialisation et de qualification sont identiques à ceux de la mission de l’école publique québécoise, tout réside dans le comment. La philosophie d’enseignement d’une école alternative est centrée sur le développement intégral de l’enfant. Elle respecte son rythme et son style d’apprentissage. Le milieu s’adapte à l’enfant et non pas le contraire; il y apprend à s’exprimer et à développer son sens du défi et son autonomie. La dimension communautaire est fondamentale à l’école alternative. La participation et l’engagement des parents favorisent la continuité et le lien entre l’éducation à la maison et le vécu de l’école. Les parents, les enfants et les enseignants mettent en commun leurs efforts au profit de la collectivité.

Historique de l’école alternative au Québec

L’association de ces deux mots, « école » et « alternative », est apparue pour la première fois au Québec en 1974 avec la création de l’école alternative Jonathan à Ville St-Laurent. Elle n’était cependant pas la première école de la lignée humaniste en éducation au Québec. Dix-neuf ans plus tôt, en 1955, Colette Noël avait créé à Beloeil une école dite « nouvelle » qui fut active jusqu’en 1968. Dans ces mêmes années soixante fut fondée l’école nouvelle St-Germain, qui devint école publique en 1969 sous le nom d’école Nouvelle-Querbes. Ces deux écoles inspirèrent les auteurs du Rapport Parent et donnèrent véritablement naissance aux écoles publiques alternatives québécoises. Depuis 1974, une quarantaine d’écoles publiques alternatives ont été créées.

Le Réseau des écoles publiques alternatives du Québec (RÉPAQ)

En 2006 est créé le Réseau des écoles publiques alternatives du Québec (RÉPAQ).  Ce réseau  regroupe tous les artisans (parents, enseignants, directions et chercheurs) des écoles alternatives existantes et celles en devenir.  Le RÉPAQ visent trois objectifs fondamentaux : La communication, le développement et la représentation. Pour y parvenir, il  organise des colloques annuels, des rassemblements d’écoles alternatives et effectue quelques représentations auprès des grandes instances de l’éducation.

Aujourd’hui le RÉPAQ c’est :

46 écoles publiques, dont 42 d’ordre primaire et 4 d’ordre secondaire, qui proviennent de 15 commissions scolaires reliées à 9 régions administratives du Québec ;
environ 6000 élèves annuellement;
plus de 10 000 parents engagés et impliqués;
environ 250 enseignants, une trentaine de directions et directions adjointes, des dizaines d’orthopédagogues, spécialistes et professionnels;
25 projets d’écoles alternatives qui sont en cours de développement au Québec.
Le RÉPAQ, c’est également depuis 2007 quatre sous-réseaux qui se rencontrent au minimum cinq fois par année scolaire afin de faire avancer ses visées. Il y a un sous-réseau pour les enseignants, les parents, les directions d’écoles et un pour les écoles secondaires. Ces réseaux d’échange sont chapeautés par un conseil d’administration ayant 3 représentants élus par chacun de ces quatre sous-réseaux.

De plus, plusieurs partenariats et collaborations avec les Universités sont dans les champs d’intérêt et les actions du Réseau. Actuellement se réalise une recherche sur les pratiques évaluatives avec l’Université de Sherbrooke sous la direction de M. Philippe Maubant.

Le RÉPAQ s’est doté de 17 conditions pour développer une école alternative dont nous nous sommes fermement inspirés pour l’élaboration de ce projet.

sites.cssmi.qc.ca/lesentier/IMG/pdf/repaq-conditions.pdf


Nos valeurs

Les écoles alternatives ont des valeurs et des notions communes. Toutefois, chaque école alternative met l’emphase sur des valeurs qui lui sont propres et qui guideront par la suite leur action. Ainsi, nous voulons mettre en œuvre au quotidien des valeurs qui font consensus auprès des familles de notre regroupement.

L’école alternative La Traversée propose aux enfants, parents et enseignants d’expérimenter au quotidien la confiance, l’ouverture, l’engagement, l’interdépendance et l’innovation, des concepts modernes qui constituent l’originalité et la force d’impact de l’école citoyenne.

 *L’école alternative accorde une grande importance à la relation et dégage des objectifs à partir de l’environnement, tout en respectant le rythme de l’enfant. La porte d’entrée est la relation avec l’enfant.

*L’école alternative accorde une grande importance à la relation et dégage des objectifs à partir de l’environnement, tout en respectant le rythme de l’enfant. La porte d’entrée est la relation avec l’enfant.

La confiance

Le rôle de l’école est d’accompagner l’élève dans le processus de connaissance de soi, qui est le but ultime de l’éducation. Ainsi, toutes les autres valeurs passent par le développement de la connaissance, de l’affirmation et de l’estime de soi.

Les projets sont choisis par les élèves eux-mêmes, selon leurs centres d’intérêt et surtout selon ce qui les enthousiasmes, ce qui provoque en eux une véritable joie d’apprendre et de progresser. Ainsi, l’élève est amené à distinguer ses forces et ses caractéristiques.  De plus, l’élève a droit à l’erreur. Il faut considérer l’incertitude comme un processus créatif. Il y a une égalité d’intelligence entre l’élève et l’enseignant avec une autonomie du processus d’apprentissage qui n’est pas fondée sur l’idée que l’élève est ignorant et que l’enseignant détient le savoir. Dans cette dynamique, les explorations deviennent donc un facteur émancipant et contribuent à développer un sentiment de compétence chez l’enfant.

Une fois que l’humain se respecte et est capable d’envisager une situation ou un défi en ayant confiance en ses capacités, il pourra  faire preuve d’ouverture envers les autres.

L’ouverture

L’ouverture est étroitement liée au respect : Travailler en collaboration avec les autres, faire preuve d’ouverture d’esprit, offrir son aide au besoin et faire preuve de sensibilité face à l’autre. L’ouverture à l’autre signifie que tous les apprenants, enfants comme adultes, manifestent de la tolérance, de la curiosité et de la compréhension envers les idées qui diffèrent des leurs.

Avec tous les grands enjeux sociaux, l’heure n’est plus à la compétition, mais à la coopération. C’est pourquoi il faut faire preuve d’altruisme et s’engager ensemble dans l’action.

Engagement

Tous les membres de la communauté apprenante s’engagent dans la démarche d’apprentissage. La participation aux comités, la mobilisation de tous les acteurs de l’école dans l’accomplissement de son projet éducatif, l’intégrité face à une promesse, sont autant de moyens par lesquels se développe le sentiment d’appartenance à la communauté.

En s’engageant pleinement dans leur école, les élèves et les éducateurs deviennent des « auteurs-acteurs », capables d’une libre initiative, d’autonomie et d’indépendance, mais aussi d’interagir avec leurs pairs.

Interdépendance

Cette valeur est le lien que l’école doit être en mesure de créer avec l’environnement qui l’entoure, le quartier, la ville, la région. C’est une interdépendance globale, mais aussi locale et éducative. L’interdépendance implique un appui, une préoccupation constante des enseignants, en respectant le rythme et le style d’apprentissage de chaque élève.

Une fois ces liens tissés, la communauté peut faire preuve d’innovation.

Innovation

L'innovation est une action qui cherche à améliorer substantiellement les apprentissages. On fait de l’innovation lorsqu’on introduit dans une école une expérience qui ne se limite pas au connu, au prévisible, aux méthodes habituelles, et qui analyse les variations des contextes ambiants ou inhérents à chaque personne. Il faut faire preuve d’innovation pour faire vivre à tous l’expérience de la liberté, la possibilité d’être créatif.

Bref, toutes ces valeurs permettent une vision globale de l’humain, de la connaissance, de la capacité de voir large, au-delà et à travers les disciplines et prendre en compte à la fois l’individu, la société et la nature.


Les rôles attendus des acteurs de l’école

L’école publique alternative constitue une communauté d’appartenance accessible à tous les membres de la communauté éducative qui adhèrent aux valeurs et aux idéaux de notre projet éducatif.

Une école centrée sur l’élève

C’est autour de l’élève que s’articulent tous les gestes de la communauté éducative. L’élève est un être libre, responsable, capable d’initiatives et conscient de sa place dans le monde. Notre école vise l’accomplissement de chaque être humain, individuellement et collectivement, dans le respect de soi, des autres et de l’environnement. Toute la communauté porte une attention particulière à la formation d’individus capables de concertation et d’interdépendance.

Premièrement, une place prépondérante est accordée à l’élève dans sa démarche d’apprentissage. En étant actif et engagé dans sa démarche d’apprentissage, l’élève construit ses connaissances et développe ses compétences. Notre école instaurera les structures permettant à l’élève de mieux se connaître, de réfléchir sur sa façon d’apprendre, de faire des choix, d’assumer ses responsabilités, de gérer lui-même son temps, d’organiser son travail et de s’autoréguler. De plus, l’apprentissage s’appuie sur la motivation intrinsèque de l’élève. Nous voulons que l’élève vive sainement le dépassement de soi en suscitant sa motivation, en vivant des défis et en côtoyant des pairs de tous âges, qui agissent comme modèles. 

Deuxièmement, une grande importance est accordée à la prise de parole de l’élève, à l’écoute des autres et à sa participation à l’organisation de la vie de l’école. Nous souhaitons encourager l’élève à prendre sa place dans le but d’apprendre à débattre, à se positionner et à agir. L’élève développe donc sa capacité à prendre des décisions, à les justifier et à en assumer la responsabilité. Il participe au débat citoyen en classe et dans son école, en toute démocratie, pour construire le bien commun. Cette participation active favorise l’autodétermination, la persévérance et la motivation scolaire.

Troisièmement, le regroupement d’élèves d’âges multiples est un facteur d’enrichissement indispensable pour le développement global de l’élève et de son groupe. Ainsi, l’élève est amené à jouer des rôles variés pour développer son sentiment de compétence et son estime de soi, de se forger une identité par les modèles de pairs d’âges différents et pas seulement ceux d’adultes ou d’enfants du même âge. De plus, cela  permet à l’élève d’exploiter ses différences individuelles, ses forces et ses difficultés, tout en contribuant à la communauté éducative qui l’entoure et le supporte.

Une équipe enseignante solidaire

Les enseignants sont reconnus par tous les membres de la communauté éducative comme les professionnels responsables du cheminement d’apprentissage des élèves et doivent travailler en toute collégialité afin d’assurer une cohérence dans ce cheminement. 

Premièrement, nous considérons que notre école alternative se caractérise par la présence d’une équipe composée d’enseignants engagés qui adhérent au projet éducatif de l’école. Ils doivent également porter une attention particulière au contexte de coéducation des écoles publiques alternatives et reconnaissent l’apport des parents dans l’atteinte de la cohérence dans l’intervention auprès des élèves.

Les enseignants travaillent en collégialité afin de favoriser la réflexion pédagogique, le développement et la formation continue, ce qui rejoint notre valeur d’innovation. Cela entraîne que notre école alternative réserve dans sa grille horaire un espace pour les réunions de développement pédagogiques régulières pour notre équipe enseignante, que les nouveaux enseignants soient accompagnés et soutenus par leurs pairs et que la collaboration s’exerce au quotidien.

Deuxièmement, nous favoriserons une relation de réciprocité entre les enseignants et les élèves afin d’établir un lien de confiance et s’enrichir mutuellement. Le climat de confiance permet à tout élève de s’adresser à l’un ou l’autre des enseignants de l’équipe et d’obtenir de lui le même support que de son enseignant.

Les enseignants choisissent d’exercer leur rôle de guide et de partager avec les élèves la prise de décision afin d’assurer le développement global de chacun. Pour y parvenir, les enseignants doivent connaître et adopter une pluralité d’approches et d’interventions afin de rejoindre l’ensemble des élèves selon leur personnalité, leur potentialité, leur style d’apprentissage ou leur type d’intelligence.

Des parents coéducateurs

Les parents font partie intégrante de l’équipe éducative de notre école alternative. Ils ont un rôle actif au sein du quotidien de l’école, dans l’éducation des élèves et dans la réflexion pédagogique.

Premièrement, les familles doivent adhérer aux valeurs de l’école alternative qu’elles choisissent. Cette adhésion est vitale pour la cohésion de la communauté d’appartenance et fondamentale pour la réalisation du projet éducatif par une véritable coéducation. Ainsi, la cohérence entre les valeurs de l’école et celles de la maison assure une continuité dans les apprentissages et le développement de l’enfant. Les parents seront accompagnés, tout au long du parcours scolaire, dans leurs questionnements sur la notion de réussite globale et sur l’évolution de leur enfant.

Deuxièmement, nous considérons que les parents sont des coéducateurs-contributeurs par opposition à des parents consommateurs de services.  Par leur présence, durant le jour, les parents constituent une ressource éducative qui soutient les élèves dans leurs apprentissages et leurs projets. De plus, les parents se rendent disponibles auprès des enfants en animant des ateliers, en soutenant des comités ou des projets d’élèves, en participant aux sorties pédagogiques ou en discutant pédagogie avec l’enseignant. 

Troisièmement, les parents sont cogestionnaires, avec l’équipe-école et les enfants et partagent la responsabilité d’une gestion centrée sur l’élève, transparente et flexible. Nous prônons la cogestion parce qu’il est important que tous sentent qu’ils ont leur place dans leur école et que le projet éducatif de cette école leur appartient. L’imputabilité et la responsabilité de la direction et des enseignants n’empêchent pas que les parents, élèves et autres intervenants participent aux décisions dans la majorité des sphères de l’école. L’expérience de tous devient alors une source d’enrichissement dans la prise de décision collective.


LES ACTIVITÉS PÉDAGOGIQUES

Les approches pédagogiques privilégiées par les écoles alternatives du Québec tentent de répondre à cette vision d’un enfant indivisible qui se développe intégralement tant sur le plan de la connaissance, de l’habileté, de la socialisation que de l’affectivité.

Voici quelques approches significatives pour notre école où tout peut être une occasion d’apprendre et d’épanouir ses talents :

L’apprentissage par projet

Dans le cadre de la réalisation de ses projets, l’élève doit en être le premier responsable. Il a donc la responsabilité entière ou partagée de ses choix lorsqu’il initie, explore, organise et présente ses projets à l’école. Chaque élève est amené à définir, planifier, réaliser et communiquer ses projets dans le respect de son développement personnel et scolaire. Ces projets sont disciplinaires ou interdisciplinaires, individuels, en équipe ou collectif, à court, moyen ou à long terme et seront réalisés par des élèves d’une classe, d’un cycle ou par l’ensemble de l’école.

Un projet personnel vise l’acquisition de méthodes de travail, l’exploitation de documents, la résolution de problème, le développement des qualités d’autonomie, etc. La démarche est plus importante que le contenu.

L’activité ouverte

L’activité ouverte est celle où l’élève peut déterminer, en tout ou en partie, les objectifs, les moyens et les modalités d’évaluation par opposition à l’activité fermée qui est une activité où tout est déterminé obligatoirement sans la participation de l’élève. Une activité ouverte d’apprentissage expose une situation à explorer ou un problème à résoudre. Elle doit être suffisamment complexe pour permettre la recherche de nombreuses solutions, souvent imprévisibles, ainsi que l’utilisation de moyens d’expression aussi variés que possible.

L’apprentissage personnalisé

L’apprentissage personnalisé tient compte de l’individu globalement et tel qu’il est. Il vise, pour chaque élève, le respect de son rythme et de son style d’apprentissage, en fonction de ses capacités et de ses acquis antérieurs, et considérant ses intérêts, son environnement familial et sa personnalité. Chaque élève a donc son agenda et un emploi du temps personnel qu’il a lui-même déterminé avec son enseignant.

La personnalisation de l’apprentissage contribue à donner du sens à ce que l’élève vit en classe, plutôt qu’à lui imposer des tâches venues de l’extérieur. De plus, il appelle l’élève à participer à sa propre évaluation et à se former une juste image de sa personne.

La philosophie pour enfants

La philosophie pour enfants est une pratique éducative qui cherche à développer la pensée réflexive, créatrice et critique chez les enfants de tout âge à partir de discussions démocratiques et de manuels narratifs. Le but n’est pas de donner aux enfants des réponses toutes faites, prêtes-à-penser, mais de susciter chez eux un questionnement. Il s’agit non pas d’une pédagogie de la réponse, mais d’une pédagogie de la question.

L’enseignant anime la lecture d’un extrait d’un roman philosophique adapté à l’âge des élèves et recueille ensuite les questions suscitées par le texte. Dans un deuxième temps, il anime, à partir de l’une de ces questions, la discussion et la recherche des élèves autour de thèmes philosophiques comme l’amitié, la justice, l’espoir, la réalité, etc.


Nom et logo

La_Travers--e_logo_final.png

Quand est venu le temps de choisir un nom pour l’école, nous voulions que celui-ci évoque un milieu de vie créatif, ouvert sur le monde et innovateur, tout en traduisant bien les valeurs de l’école alternative…Tout un défi!

Après un remue-méninge au sein du comité fondateur, nous avions sélectionné quatre noms pour l’école. Puisqu’il était difficile pour nous de faire un choix, nous avons invité les personnes sur les réseaux sociaux à voter pour leur nom préféré. Près d’une centaine de personnes se sont prononcées et la majorité a choisi La Traversée.

Ce nom signifie pour nous un passage, un trajet, un voyage que fera, à sa façon, chaque enfant de l’école de la maternelle à la 6e année. Parce qu’à l’école La Traversée, il y a autant de chemins que d’êtres…

Maintenant que le nom était choisi, nous devions avoir un logo qui le représente! Grâce à l’imagination et au talent de Thierry (parent fondateur), il a créé pour nous ce magnifique logo de fusée! Celui-ci représente bien le thème de la traversée et l’ascension vers des sommets inexplorés. De plus il évoque l’aventure, le rêve et les possibilités infinies pour les enfants de réaliser leur potentiel! Les cinq étoiles représentent les cinq valeurs de l’école, guidant ainsi tous les explorateurs de La Traversée!


NOS DÉBUTS

Depuis juin 2014, nous travaillons à la création de cette école alternative. Au départ, quatre mamans ont formé un noyau initial afin de débuter une réflexion sur les fondements de cette nouvelle école. Nous étions concernées par l’éducation de nos enfants et nous recherchions un service d’éducation différent, adapté aux besoins des enfants, afin de leur procurer un milieu favorisant l’épanouissement.

Dès le départ, nous étions soutenues dans nos démarches par une personne ressource du RÉPAQ afin de nous guider dans les différentes étapes à franchir.

Rapidement, nous avons reçu un appui considérable de plusieurs citoyens intéressés par le projet, qui se sont joints au groupe initial. Ensemble, nous avons réalisé un consensus sur la philosophie de base et les valeurs prioritaires de l’école.

Nous nous réunissions au rythme d’une rencontre par semaine afin de concevoir le texte fondateur de l’école alternative. Ce texte a été soumis à la Commission scolaire au mois d’octobre 2015. La CSVT a émis ses recommandations en juin 2016 et l’ouverture de l’école a eu lieu en septembre 2017.

Aujourd’hui nous poursuivons nos efforts pour voir se développer l’école alternative de La Traversée, accompagnés d’une quarantaine de nouvelles familles! Nous travaillons toujours en collaboration avec la CSVT, sans qui cette école n’aurait pas pu voir le jour.